Actualités

7 avril 2017
Évolution du projet du quai

Évolution du projet du quai

Des pontons temporaires pour les pêcheurs

Le propriétaire du quai, Transports Canada, a avisé voilà quelques mois l’Administration portuaire que l’amarrage sur la face B sera interdit ce printemps. Cette façade est la plus utilisée par les pêcheurs commerciaux.

Pour remédier à la situation, Pêche et Océans, ministère responsable d’offrir des infrastructures portuaires aux pêcheurs, fait installer ces jours-ci des pontons le long de la face B. C’est ce qui explique les travaux en cours sur les lieux. Ces larges pontons ne pourront pas s’attacher sur le quai en raison de l’état de la face B. Ils devront avoir leur propre système d’ancrage. Toute cette installation réduira l’espace dans le bassin intérieur.

Bref, en plus de nuire aux conditions de travail des pêcheurs commerciaux, les délais de réalisation du projet du quai occasionnent maintenant des désagréments à la marina en entrainant la réduction des espaces d’amarrage.

Des négociations qui s’accentuent

Depuis juillet dernier, la Ville a entamé des démarches auprès de Transports Canada afin de déposer une proposition d’acquisition du quai. L’automne dernier, un changement de paramètre gouvernemental a toutefois alourdi la procédure, déjà compliquée. Conséquemment, les lenteurs administratives ont fait en sorte que le projet ne respecte plus les délais prescrits par certains ministères directement interpelés.

Devant cette impasse administrative, Transports Canada propose une nouvelle démarche à la Ville. Bien qu’elle soit embryonnaire, elle pourrait être prometteuse, si elle peut se concrétiser. Cette avenue pourrait réduire les procédures et alléger la tâche de la Ville. Toutefois, il faut que le partage de propriétés entre la Ville et Pêche et Océans fasse préalablement l’objet d’une entente.

Le 3 avril dernier, la Ville a adopté une résolution prenant position sur la situation. On y rappelle notamment que la division de propriété doit respecter le mandat de chacun : Pêche et Océans doit être propriétaire du secteur pêche commerciale, et la Ville, des éléments récréotouristiques.

Nous en sommes à ce point dans les négociations, lesquelles s’intensifient ce mois-ci. Il est grand temps, car toutes ces contraintes pour les pêcheurs et les plaisanciers ainsi que les délais du projet entrainent son lot de frustrations.

Malgré ce climat difficile, nous, du comité du projet du quai, qui travaillons pour les besoins des pêcheurs commerciaux, des plaisanciers, des entreprises de bateaux excursions, des pêcheurs de maquereaux, de l’industrie touristique,  et de tous ceux qui vont sur le quai pour simplement jaser, nous restons solidaires dans la réalisation du projet.

Alain Bernier. responsable du développement économique et touristique
Retour