Actualités

4 octobre 2017
Projet du Quai : État de la situation

État de la situation

Bonne nouvelle, le dossier du quai débloque! Le ministre de Pêches et Océans, Dominique LeBlanc, et le député Rémi Massé ont même mentionné la possibilité d’une annonce cet automne. Il y a effectivement une nette progression depuis la manifestation du 17 juin dernier. Lors de cette pluvieuse journée, de courageux citoyens ont écouté des utilisateurs du quai quant à la nécessité de maintenir l’infrastructure portuaire. Au moment d’écrire ces lignes, voici les dernières informations que le propriétaire du quai, Transports Canada, a transmises à la Ville.

Transports Canada et Pêches et Océans Canada travaillent effectivement sur un scénario qui respecterait les grandes lignes du projet de la Ville. Les autorisations budgétaires du Conseil du Trésor sont toutefois encore attendues. D’où l’absence d’annonce. Nous n’en savons pas plus. Dès lors, la prudence est requise dans les hypothèses d’aménagement.

Les nouveaux plans n’étant pas réalisés, quelques questions demeurent en suspens, notamment :

  • le positionnement et la longueur du brise-lames et des façades verticales,
  • la division de la propriété entre la Ville et le gouvernement fédéral,
  • l’étendue des travaux effectués par le gouvernement fédéral.

Bien que la démarche menant à la réalisation du nouveau quai change radicalement, les propriétaires et les aménagements finaux s’apparenteraient au projet de la municipalité.

Évolution du projet

Scénario initial

Dans le scénario initial, la Ville acquiert l’entièreté de l’infrastructure, le réaménage pour enfin en transférer la majeure partie, soit la partie réservée à la pêche commerciale (85 %) à Pêches et Océans. La prise de possession par la municipalité de l’ensemble était temporaire, hormis l’extrémité et les terrains à l’approche du quai. Cette démarche permettait à la Ville d’avoir un certain contrôle sur l’ensemble des aménagements dédiés à la pêche commerciale et surtout aux activités récréotouristiques.

Les aménagements prévus pour la section pêche commerciale doivent répondre aux exigences de Pêches et Océan. Dans le respect de ses capacités financières, la Ville a la légitimité d’agir sur le plan des activités récréotouristiques. Une trop grande prise en charge par la Ville serait bloquée par le MAMOT, ministère qui autorise les engagements financiers municipaux au Québec. Bref, l’enjeu du quai en demeure un de propriétaires, de mandats respectifs et de budgets.

Nouvelle démarche envisagée

Dans la nouvelle démarche où le fédéral réparerait lui-même le quai et demeurerait propriétaire, la Ville ne serait plus le promoteur du principal chantier, ni le propriétaire de l’ensemble de l’infrastructure. Ses tâches, ses responsabilités et les risques inhérents à ce type de chantier s’avéreraient réduits, tout comme sa capacité d’intervention dans les aménagements demandés.

Les travaux pourraient s’effectuer en deux phases. Pilotée par le fédéral, la première concernerait notamment la partie pêche commerciale. Ces aménagements majeurs ayant des répercussions sur le volet récréotouristique, la Ville veillerait à ce que les plans soient faits en conséquence.

Dans un deuxième temps, la Ville pourrait acquérir l’extrémité du quai et les terrains adjacents afin de terminer le volet récréotouristique.

On vous tient au courant.

Alain Bernier, comité du quai
Retour